×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Préfecture de Police

backNe laissez pas le GHB et le GBL gâcher la fête !
Face à la hausse de la consommation de GBL et GHB, la préfecture de Police, en lien avec les professionnels de la nuit, lance une campagne de sensibilisation pour lutter contre ce phénomène.

Le GHB/GBL, c’est quoi ?

Le GHB est un anesthésiant classé dans les produits stupéfiants et le GBL est un produit solvant industriel précurseur du GHB.
Le GHB/GBL est consommé dans une quête d’euphorie et de désinhibition. Il est parfois ingéré à l’insu du consommateur, suite à un acte de malveillance.

GHB_GBL_visuel

Est-ce dangereux ?

Même à faible dose, l’ingestion de GHB/GBL peut entraîner vomissements, amnésie, arrêt respiratoire et coma parfois mortel. La consommation de ce produit associée à de l’alcool ou des médicaments psychoactifs démultiplie considérablement les risques.

Comment être prudent ?

GHB_GBL_affiche

Surveillez votre verre, ne consommez pas de boisson dont vous ne connaissez pas la provenance.
Prenez soin de vous et veillez sur vos amis.
Si vous décidez de consommer une drogue, même à faible dose, vous vous exposez à des risques sanitaires, ainsi qu’à des poursuites pénales.
Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès d’une structure de prévention et de réduction des risques.

En cas d’urgence

Dans tous les cas, appelez le 112 ou le 15.
Si la personne est inconsciente, dégrafez ses vêtements serrés, vérifiez qu’elle respire et mettez-la en position latérale de sécurité (PLS).
Restez à côté d’elle le temps que les secours arrivent et renseignez-vous sur la présence d’un défibrillateur.

Rappel législatif

Le GHB est un produit stupéfiant, il est illégal, sa vente et sa consommation sont interdites  et passibles de sanctions pénales*.
Le GBL est inscrit sur la liste des produits toxiques surveillés. La provocation à l’usage de substances présentées comme ayant des effets stupéfiants est passible de sanctions pénales*.

L’usage illicite de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est puni d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. Code de la santé  publique - Article L3421-1
Le transport, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi illicites de stupéfiants sont punis de dix ans d’emprisonnement et de 7 500 000 euros d’amende. Code pénal - Article 222-37

Où s’informer ?

En savoir plus

Téléchargez le flyer « Ne laissez pas le GHB et le GBL gâcher la fête ! »

Posté le 21/09/2018